Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 18:35

Ces derniers temps, le gouvernement distribuait des chèques de 1000 euros (puis de 500 euros) à tous ceux qui mettaient leur vieille voiture à la casse pour en racheter une neuve. Bien moins que la révoltante suppression des impôts de succession, mais bien plus que l’inexistante et très modeste taxe carbone, la prime à la casse me paraît injustice sur un plan social, puisque la mesure est financée avec l’argent des impôts de tous ; et que dans ce « tous », il y a « ceux qui ont une voiture » mais aussi « ceux qui n’ont pas de voiture ». En somme, le gouvernement impose aux écologistes, aux pauvres, aux utilisateurs de transports en commun, aux piétons, aux cyclistes et à bien d’autres de donner de l’argent aux automobilistes pour qu’ils puissent acheter une voiture neuve, et mettre leur vieille auto qui marche encore à la casse. Le citoyen qui n’a pas de voiture et qui fait 30 kms de vélo dans le froid hivernal pour se rendre sur son lieu de travail paie pour celui qui va travailler en faisant 10 kms de voiture; est-ce vraiment équitable ?

 

Le but de « cette prime à la casse » est sans doute de créer de la croissance ou, autrement dit, de relancer l’économie du court terme au dépend de l’équilibre environnemental du long terme. Il paraîtrait que pour ne pas sombrer dans la misère, il soit nécessaire de vendre toujours plus de voitures. Mais avec un minimum de bon sens, on peut facilement comprendre que ce qui importe dans le fonctionnement d’une société, c’est de produire ce dont nous avons besoin, de répartir le travail de production entre chacun de nous, puis de répartir équitablement les fruits de notre travail. Pas besoin de produire des choses dont nous n’avons pas besoin au nom de je ne sais quelle loi économique : ce n’est que du gâchis de ressources et d’énergies. D’ailleurs, au Royaume-Uni, suite à l’instauration d’une prime à la casse équivalente, d’immenses surfaces se sont remplies de voitures, qui pour la plupart pourraient encore rouler au moins cinq ans, et qui, malgré tout, attendent d’être détruites.

 

Pire ! En faisant des recherches sur internet, on apprend que « cette prime à la casse » n’est pas une mesure sociale, mais une mesure écologique : il s’agirait, en effet, de « la prime à la casse écologique » ! Comme si jeter à la poubelle une voiture qui marche encore, c’était bien pour l’environnement ! Le raisonnement du gouvernement est le suivant : les voitures neuves polluent moins, mettons donc les anciennes à la casse. Ne serait-il pas plus écologique de remplacer un moteur sale par un moteur propre sans changer de carrosserie, d’habitacle, de roues, de pneus ? Non ! Pour avoir les 1000 euros, au nom de l’écologie, il faut mettre à la poubelle ce qui est encore fonctionnel! N’y aurait-il pas là du Greenwashing (coup marketing destiné à nous faire croire qu’il y a du « vert » là où il n’y en pas) commandité par un lobbying automobile ? Il est assez facile de s’en convaincre en lisant l’enquête du journal Fakir. En effet, on y apprend que contrairement aux affirmations d’un fabricant, un modèle récent de voiture polluerait autant (voire même plus) que l’ancien ;  et surtout, que le fait d’acheter une voiture neuve n’est pas écologique, car la pollution induite par la fabrication d’une nouvelle voiture (et la destruction de l’ancienne) est colossale et ne peut être contrebalancée par une éventuelle économie dans le rejet kilométrique de dioxyde de carbone.

 

 http://www.fakirpresse.info/articles/327/la-prime-a-la-casse-ecologique.html
 http://www.lepost.fr/article/2010/04/12/2029382_l-absurdite-ecologique-en-images.html

Matthieu Stelvio

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu Stelvio - dans Révoltes et iniquités
commenter cet article

commentaires